Aller au contenu principal

Dix-sept mois

Que d’aventures cet été pour le crocus, qui a continué de sillonner le monde jusqu’aux confins de la Motricité, de la Préhension et du Langage. Récapitulons.

« Il monte et descend les escaliers en tenant la rampe. »
Oui, et bientôt il sera plus rapide à cet exercice que Luluchatigré, gênée dans la descente par son ventre qui frotte contre les marches. De préférence, le crocus effectue l’ascension de l’escalier tout nu et très concentré. Une main sur la rampe, une main dans celle de papa ou maman, avec des pauses pour nous signifier les défauts dans une contremarche ou se saisir d’une dépouille de moucheron racorni. Une fois arrivé, le crocus s’applique à refermer lui-même la barrière de sécurité comme si la survie d’un troupeau de vaches à babybel en dépendait. Satisfait, il peut alors vaquer à ses occupations, comme courir dans notre chambre pour dépouiller et éparpiller entièrement une boite de mouchoirs (le Mâle les a ramassés avec un râteau).

« Il commence à courir. »
Grands dieux, non, heureusement ! Par contre, parfois il court sur place comme un danseur de country qui enchaine les heel-split-toe-split à toute vitesse en rigolant très fort. Oui, depuis que le crocus a découvert les délices du rire carillonnant, il ne manque pas une occasion de peaufiner son vibrato de glotte. En particulier quand je chasse les mouches en fouettant le canapé avec la tapette à mouche ou quand papa roule par mégarde sur une paire de Birkenstock en garant son vélo dans l’entrée.

« Il s’accroupit pour ramasser quelque chose. »
Oui, tout un tas de choses, dont les cailloux du jardin pour les sucer. Bien sûr c’est interdit, et nous manifestons notre mécontentement à grand renfort d’arguments sécuritaires et sanitaires, ce qui amuse beaucoup le crocus, qui s’envoie un pulmoll de gravats dès qu’on a le dos tourné.

« Il tire un jouet derrière lui en marchant. »
Non, il n’a que faire de la tortue d’appartement à roulettes qu’il a reçue en cadeau. Par contre, il sait déjà pratiquement faire un virement de 1199,9#996,3# euros depuis un téléphone.

« Il peut manger seul et assez proprement. »
Tout dépend ce qu’on appelle « assez proprement ». Les poules et les lapins sous la table de la cuisine nettoient assez bien le taboulé quotidien jeté à terre par le crocus, par contre le gros faisan laisse des plumes partout et déhousse les coussins avec son bec. Toutefois, et c’est assez rageant, il paraît qu’à la crèche, le crocus mange comme un chef, sans laquer la table avec du yaourt.

« Il aime faire des gribouillis. »
Toujours pas, à mon grand désespoir. Pourtant je sors régulièrement des crayons et des feuilles pour lui apprendre à dessiner un moucherolle royal d’Amazonie (je vous conseille la requête sur Google).

« Il a un vocabulaire de 7 à 10 mots. »
Non, pour l’instant le crocus ne dit que papa, mais cela ne l’empêche pas de bien se faire comprendre. Par exemple, il ne sait pas dire « non », mais s’il ne veut pas aller quelque part, il l’exprimera corporellement en faisant la chorégraphie du scoubidou mou de Maurice Béjart (je suis un scoubidou, je suis mou, j’ai les os en pain de mie). Bien sûr, le crocus ne peut pas toujours dire non, car tout n’est pas permis. Même si je lui laisse de temps à autre le plaisir interdit de la cueillette de petits bourgeons fraichement éclos, il doit impérativement se soumettre au règlement intérieur de la maison que le Mâle a gravé au tournevis dans un agglo de la cave.

Règlement intérieur
Ne pas gâcher la nourriture.
Ne pas gâcher l’eau.
Ne pas laisser les lumières allumées.

Ce qui, pour le crocus, revient à ne pas se shampouiner à la compote, ne pas se rincer les pieds à l’eau gazeuse et ne pas prendre la suspension en bambou pour un son et lumière japonais.

« Il imite les adultes dans les tâches domestiques. »
Oui, le Mâle lui a déjà enseigné comment essuyer les traces de gouttes sur le parquet et appris que les surfaces de cuisine se lavaient avec la face absorbante du carré vaisselle et pas une éponge (ou est-ce l’inverse ? COMMENT RETENIR ?).

« Il sait désigner 2 ou 3 parties de son corps. »
Tête, ventre, chaussons. La base.

« Il s’intéresse aux livres d’image et sait désigner 1 ou 2 images. »
Oui, d’ailleurs le crocus désigne essentiellement le cochon et le chien. Surtout les chiens portant des chapeaux. Le crocus voue un véritable culte aux toutous, si bien qu’en poussette nous nous arrêtons tous les trente mètres environ pour inscrire chaque nouvelle trouvaille dans le Pokedex. C’est sûrement la raison pour laquelle le crocus a a-do-ré la Belle Cantinière, notre improbable restoroute sur le chemin des vacances : nous y fûmes accueillis à bras ouvert par un vieux chien de bar qui connaissait son métier mais ne faisait pas d’étincelles en cuisine. Mon poisson pané est arrivé encore congelé dans l’assiette. Heureusement, dans la voiture j’ai pu évacuer ce traumatisme en commandant un lot de dix gants de toilette en modal de couleur blé.

3 Commentaires Poster un commentaire
  1. Quel talent de conteuse ! merci ColombeLinotte pour ces nouvelles. Et bravo pour le moucherolle royal d’Amazonie, celui là il fallait le trouver !! A bientôt pour la suite des aventures du crocus.

    30 août 2016
  2. Ça fait plaisir de voir le Crocus développer ses capacités de dictateur et contrôler aussi bien ses parents! Et ce n’est qu’un début…

    30 août 2016
  3. Crocus entre en littérature … N’est-ce pas le plus important ♥

    30 août 2016

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s