Aller au contenu principal

J’ai actuellement la capacité de concentration d’un radis noir

et la vivacité intellectuelle d’un haricot blanc. Il paraît que c’est lié à la grossesse, mais sans doute aussi aux multiples virus surentraînés qui ont pris possession de mon cortex depuis plus de dix jours. C’est bien simple, j’ai le lobe frontal paralysé par une sinusite aigüe, le lobe pariétal paralysé par une bronchite bien grasse, le lobe temporal paralysé par une actualité bien triste et le lobe occipital paralysé par l’effroyable constatation que depuis hier, je ne sens même plus le goût des Laitières au chocolat (j’ai même dû en donner une au Mâle). Dans ces conditions, j’ai décidé de laisser quelques images parler pour moi, parce que moi de toute façon quand je parle, personne ne comprend plus rien (c’est parce que je me mouche en même temps).

C’est ainsi donc que tout a commencé, à Noël, lors d’un épisode gastrique qui m’a laissée aussi à plat que cette tranche de Leerdammer. J’ai mangé beaucoup de riz.

Malgré tout, hop, un collant pailleté et une boule de Noël pour le crocus : je passe le casting du meilleur déguisement de hotte du père Noël. Je ne mange pas vraiment mais au moins je brille et je fais « ding ding ».

Nouvel an ! J’étais préposée à la constitution d’un plateau de fromages pour une soirée placée sous le signe du « Festillant », en présence de quatre femmes enceintes. J’avais donc employé les grands moyens pour éviter toute confusion entre les fromages au lait cru et ceux au lait pasteurisé (référence télévisuelle inside)(mais si, allons). Là, ça allait un peu mieux. Pour preuve, j’ai dû manger la moitié de cette fourme d’Ambert.

Mais faisons un peu le point sur les maux de la grossesse. Incroyable, mais les nausées ont fini par disparaître lentement, après le quatrième mois. Bizarrement, j’ai tout de même gardé une certaine aversion de l’eau gazeuse et des nouilles chinoises instantanées. Peut-être parce que l’association des deux, mangée par une nuit de pleine lune, peut provoquer une tornade dans le canton de Neufchâtel (c’est prouvé).

Mes deux compagnons collants et huileux depuis six mois. Ha ! Je vois venir l’intarissable débat sur l’utilité des crèmes contre les vergetures, mais par respect pour le canton de Neufchâtel récemment touché par une tornade, je resterai neutre. Sinon après on va tous se casser la binette et Luluchatigré va fuguer. Elle n’aime pas les conflits. Sauf quand un matou la traite d’inculte (elle confond toujours Poutine avec une musaraigne).

Victoire ! Pour l’instant, pas de vilaines brûlures d’estomac. Je pense qu’après quatre mois de nausées, mon corps a souhaité exprimer une certaine solidarité avec mon bien être psychique. C’est peut-être aussi parce que je bois mes crèmes anti-vergetures.

Alors là par contre, je confirme. L’autre jour j’ai cherché mes chaussons à l’étage, j’ai failli me faire hélitreuiller à mi-parcours.

Je confirme. L’autre jour devant le frigo, le Mâle me parlait des mécanismes monétaires à l’origine des agrégats harmonisés de la zone euro, j’ai commencé à voir tout flou (sauf le frigo).

Je confirme. J’ai ouvert le frigo, il n’y avait plus de Laitère au chocolat, le monde a comme vacillé sous mes pieds.

Alors là c’est carrément l’apocalypse, mes nuits sont trouées comme une tranche de Leerdammer. Mon sommeil est constamment troublé par des stimuli malfaisants divers et variés : gorge qui sèche, lèvres qui gercent, nez qui mouche, culotte qui serre, chat qui miaule, vessie qui presse, jambes qui s’impatientent, estomac qui grogne… Une féroce activité nocturne. En période de sinusite, comptez également un changement de quatre à cinq t-shirts par nuit (à ce stade, j’ai carrément installé un lavoir directement au pied du lit pour y battre mon linge avec une petite pelle en bois). Par contre, lorsque c’est le crocus qui m’empêche de dormir parce qu’il fait sa gym, là ça ne me dérange pas. J’en profite pour lui envoyer des bisous et jouer en douce à Wordfeud (venez jouer avec moi, je suis très active entre 2h et 4h du matin).

Emotive ? Oui, peut-être, lorsque j’ai demandé au médecin si ça pouvait être la peste bubonique.

Oui, je dois bien avouer que j’ai la mémoire vive d’une feuille de menthe. Cela dit, je n’oublie jamais de répéter au Mâle vingt-quatre fois par jour qu’il faudrait finir de monter les meubles dans la chambre du crocus. Il me dit qu’il le fera, mais bizarrement je ne m’en souviens jamais.

Entre deux quintes de toux et deux mouchoirs, je bûche.

Apparemment le Mâle aussi, à sa façon… 🙂

10 Commentaires Poster un commentaire
  1. frederiquedupantgat #

    Rhooo ! Ça donne envie ! Pourquoi le mâle a-t-il un livre de recette pour les performances ! A-t-il pris du poids en même temps que toi et/ou envisage-t-il de se lever toutes les nuits des prochain(e)s mois/années à venir ? En tout cas si la concentration et la mémoire sont moyennes, il n’en est pas de même de la plume, qui elle est toujours aussi vive. Belle année Colombe ! Belle année le Mâle ! Très belle année à ma chère Luluchatigré ! et bonne chance au Crocus qui devra apprendre à vivre dans la tribu. Amitié. Frédérique

    16 janvier 2015
  2. Anonyme #

    Ce qui est drôle c’est qu’au 4ème (d’après mon expérience, hein, peut-être qu’au 5eme tout est très différent) c’est pareil!
    Les même soucis, les mêmes bonheurs et les mêmes maux!
    LA BI OIL ÇA MARCHE! attention ça ne veut pas dire que je n’ai pas de vergetures…la bi oil n’existait pas pour ma première grossesse, mais après je n’en ai pas eu de supplémentaires, enfin dans la mesure où je pouvais voir mon ventre.
    Trop tôt pour les remontées acides, ça peut encore venir (rire diabolique^^)

    16 janvier 2015
  3. monesille #

    Hi, tu devrais peut-être arrêter de lire et te mettre au tricot ? On se demande bien pourquoi avec de tel ennuis la planète serait en voie de surpeuplement.

    16 janvier 2015
  4. Et bien j’avais presque oubliés tous ces souvenirs de grossesse, dont les reflux qui arrivent pour t’achever à la fin… l’accouchement ça fait perdre un paquet de neurones qui ne reviennent jamais. quoi ?! Ce n’est pas expliqué dans ton bouquin ??

    16 janvier 2015
  5. nolwenn #

    Et ce pauvre Luluchatigré, il en pense quoi de la bi oil ???
    Ca ferait peut être briller le poil…

    16 janvier 2015
  6. Au cinquieme, c’est pire! On a le cerveau lessivé par les 4 premiers, on a l’impression d’etre enceinte à vie, et on passe pour un cas social en plus! Sinon, c’est que du bonheur…

    16 janvier 2015
  7. Bienvenue dans l’exaltant Bingo des maux de grossesse !

    17 janvier 2015
  8. poppinsis #

    Je crois bien que la seule chose que je puisse faire pour toi, serait de te chanter une petite chanson réconfortante : « Doux chaton, adorable chaton, petite boule de poil. Chaton farceur, chaton bonheur, dors, dors, dors. »

    19 janvier 2015
  9. Aneso #

    Ahah moi aussi il y a quelques mois j’ai voulu croire à la théorie des 100 jours de « Bébé dis moi qui tu es ». Et en fait il faut plutôt compter 127-128 jours… Je préfère prévenir.

    19 janvier 2015
  10. Il semble que je lise la chronique de ma grossese…mais c’est la tienne et il me fait rire, parce que tu es géniale en l’exprimant. Cependant il passe, tout ça passe, et il viennent d’autres choses et il faut vivre. vivre ces momento de façon tendre. Tout avec amour et humeur, comment tu l’as.
    Gros Bisous.
    ( J’espère que tu ailles mieux).

    28 janvier 2015

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s