Aller au contenu principal

Précision.

C’est en fouillant rageusement dans un placard, en vue de la préparation de mon sac pour le ski, que j’avais découvert ce stock miraculeux de dix-sept balistos soigneusement enfermés dans une boîte en métal de galettes fines au beurre de la mère Poulard. Sans doute achetés un vendredi soir au superu dans un accès de fièvre, la veille d’un autre départ pour le ski avec le Mâle (et si le télésiège s’arrêtait ? et si le Mâle décidait de ne jamais s’arrêter ? et si un choucas s’emparait de mon dernier balisto ?), et ajoutés à un précédent stock de balistos pré-randonnée (et si le Mâle décidait de marcher à l’infini et de se nourrir exclusivement de glands ?), il est vrai que les malheureux balistos oubliés ont fini leur course misérablement, dans la poubelle, car bien entendu je n’ai pas osé les donner aux oiseaux de la cabane de peur qu’ils ne viennent ensuite me piquer mes ovomaltines (après ils voudront faire du ski, ils mettront des cagoules à pompon, ils construiront un téléphérique entre la cabane et le compost, ce n’est pas tolérable). Cela dit. Je tiens à dire que j’ai récupéré deux sundy non périmés de la boîte de la mère Poulard, que j’ai brandis glorieusement au nez du Mâle. Une fois au ski, j’ai voulu croquer dans un sundy au bas d’un tire-fesse, il y avait des BÊTES dedans. J’ai tout craché mais j’ai eu peur pendant trois jours, et dans le doute j’ai dû étouffer l’alien de la mère Poulard avec une fondue au fromage.

12 Commentaires Poster un commentaire
  1. C’est peut-être tordu mais… tu me donnes faim.

    27 janvier 2013
  2. DOMINIQUE #

    Quoi quoi quoi ? Tu préfères des sundy avec des bêtes dedans à mes boules de graisse avec graines ? Bon, d’accord, la fondue au fromage, là, j’ai de la concurrence. N’empêche.

    27 janvier 2013
  3. Cécile #

    Voici donc enfin l’horrible vérité sur la terrible et mystérieuse affaire des « dix-sept balistos périmés »…autrement appelée the balistogate !

    27 janvier 2013
  4. Ah tu me fais rire!
    En 1995, alors que j’étais partie à la montagne avec mon petit ami de l’époque, au retour: envie de manger des Twix!
    Nous trouvons une petite épicerie digne des « Bronzés ». L’épicier a l’air du mec qui a son alambic perso et qui vend de l’eau de Cologne frelatée mais bon, je veux un Twix! J’achète deux doigts coupe-faim dans leur emballage doré et rouge.
    En retournant dans la voiture, où mon petit ami m’attendait, je l’entends dire: « euh c’est un Raider ».

    (Raider est devenu Twix en 1991, j’aurai dû me poser des questions en voyant qu’il vendait aussi de la lessive Bonux avec le cadeau…)

    27 janvier 2013
  5. Un jour j’ai mangé un yaourt au roquefort.
    Enfin, il y avait marqué « nature » sur le pot, mais il était au roquefort, faut pas me prendre pour une buse.

    27 janvier 2013
  6. Des balistos, OK, mais les verts hein ? (vert, sans les vers c’est encore meilleur !)

    28 janvier 2013
  7. C’est l’arche de Noé que tu abrites chez toi avec tous ces animaux ?

    28 janvier 2013
  8. Mauricette #

    J’ai tout particulièrement aimé les balistos corse. ils voulaient pas un parfum et donc une couleur à part, pour brandir le drapeau de l’indépendance, ceux là, par hasard?

    28 janvier 2013
  9. Heureusement que la fondue était là. Vive le fromage \o/

    28 janvier 2013
  10. J’étais désespérée… heureusement tu es venue éclairer ma lanterne. Je pensais que de vieilles barres de chocolat (où équivalent) pouvaient devenir rances mais avec des vers dedans, jamais !!! Tu es sûre que tu n’avais pas bu de la liqueur de vipère, avant d’entamer ton Sundy ?

    29 janvier 2013
  11. sterenn #

    trop chou ,les moineaux au tire-fesses !

    29 janvier 2013
  12. Germaine Cancan : un petit balisto ?
    Dominique : va pour les boules de graisse avec graines, mais avec un petit parapluie en papier dessus !
    Cécile : je suis à deux doigts de dévoiler l’affaire Balisto Lewinsky (mieux vaut ne pas savoir)
    Notdeanie : s’il te propose du Tang, refuse.
    Anna Musarde : les yaourts au roquefort poussent dans les fonds de bacs à légumes du frigo…
    Les Trouvailles : vert, cela va de soi ! (c’est le côté muesli-mix)
    Alphonsine : et encore je n’ai pas parlé de l’insecte-kamikaze qui tombe tout seul de la poutre directement dans mon bol.
    Mauricette : c’était pas pour moi, tous ces balistos corses, c’était pour les cochons sauvages…
    Norethrud : l’alien de la mère Poulard a été directement moulé dans le fromage fondu (c’est une salle à part au musée Grévin)
    Frédérique : promis pas de liqueur de vipère, mais peut-être un vieux coca sans bulles.
    Sterenn : oui mais en période de vacances scolaires, c’est infernal cette attente devant le compost !

    31 janvier 2013

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s