Aller au contenu principal

Pas de finale de coupe du monde hier soir

puisque nous avions réservé de longue date des billets pour le récital du très pâle Evgeny Kissin, pianiste russe virtuose possédant les mêmes cheveux que Kev Adams mais quatre fois plus de doigts. Je me réjouissais à l’idée de le revoir, puisque dix ans nous séparait de notre dernière rencontre, à Nancy, quand j’habitais à côté de l’Opéra où je me rendais régulièrement au lieu de m’intégrer aux autres étudiants (cela dit je regardais aussi la StarAc ‘ en mangeant des steacks hachés au chèvre)(a-t-on des nouvelles de Rudy ?).

Bref, hier soir le récital avait lieu dans une église, avec beaucoup de chaises. Bien sûr cette histoire de chaises a tourné longtemps dans ma tête, induisant la crainte de nombreux scénarios catastrophe, dont la traditionnelle quinte de toux pendant le troisième mouvement, la noyade dans un océan de notes, l’apoplexie fulgurante en ré majeur, la tétanie irréversible, l’asphyxie au Chanel N°5, sans compter ma vessie de moineau et le risque permanent de réminiscence de fous rires oubliés, comme quand cet homme au restaurant avait bu à côté de sa bouche ou quand, à Paris, nous avions demandé notre chemin à un japonais ahuri.

Heureusement, une fois installés, Kissin est arrivé rapidement, il a joué Schubert et Scriabine, les chaises se sont envolées et la succion d’un Frisk a permis d’oxygéner mon cerveau pendant tout le récital.

Notons malgré tout que mes craintes n’étaient pas totalement infondées : j’ai effectivement frôlé l’apoplexie, quand, au cours d’un long voyage mental intérieur porté par une succession stakhanoviste d’accords, j’ai commencé à faire des expériences sur ma capacité pulmonaire maximale. J’ai aussi frôlé le fou rire, à observer longuement le mâle plier sa veste en quatre en faisant le moins de bruits et de gestes possibles pendant le premier mouvement de la sonate en ré majeur de Schubert. En  tout cas, en rentrant à la maison, j’ai immédiatement repris mes exercices de piano (mais Luluchatigré a eu une quinte de toux).

8 Commentaires Poster un commentaire
  1. Madame Pivoine - Natacha #

    Pour les quintes de toux, Luluchatigré devrait essayer un Frisk…

    14 juillet 2014
  2. Je suis plongée dans l’angoisse…je ne connais pas Kev Adams…c’est très grave?

    14 juillet 2014
  3. Je ne sais pas ce qui est le pire pour un récital dans une église…
    des chaises très nombreuses ou des bancs à 2 planches bien espacés qui te fendent le fessier perpendiculairement à la fente naturelle…
    Sans compter qu’une bosse de carrelage sous le double pied central (ces bancs sont pourvus de 3 doubles pieds) peut transformer votre siège en toupie et le fou rire vous gagne immanquablement sauf si vous avez gardé votre âme d’enfant!
    Ce qui m’amène à la réflexion suivante: sur quoi était assise Luluchatigré lorsque la quinte de toux l’a prise?

    14 juillet 2014
  4. frederiquedupantgat #

    Rien de bien drôle à venir écrire ici, juste qu’Il y a en effet une ressemblance capillaire (Mais pas que…) entre ces deux personnes. Je fais ma maligne mais je suis allée voir les photos sur wikipédia et je me suis empressée d’écouter quelques morceaux sur You Tube .Je n’ai pas réussi à compter les doigts mais en effet ils sont très très nombreux : 10 au moins !
    Heureusement que je n’étais pas là au concert parce que je pense que Moi, je n’aurais pas résisté au fou rire face au pliage de veste, surtout dans une église bondée.

    14 juillet 2014
  5. Alors tu as loupé la coda du morceau appassionata footissimo !
    Vers la fin du deuxième mouvement, le soliste Mario Götze a attaqué un solo marcato subito.
    Le public, surtout des Schubertiens, l’a ovationné avec moult applaudissements.

    14 juillet 2014
  6. chrisgab #

    pauvre garçon. Des cheveux pareils. C’est un coup à guetter avec envie la calvitie naissante!
    peut être que la quantité de doigt est en rapport avec la qualité du cheveux? Intense…

    15 juillet 2014
  7. Alors là, tu m’épates vraiment ! Je suis toujours baba d’admiration quand on sait jouer d’un instrument… mon homme mystérieux et ma fille jouent du piano, moi, je ne sais pas lire les notes…

    20 juillet 2014
  8. J’ai souffir aussi des crises d’angoisses mème aux lieux plus tranquiles…maisn cela passe avec l’àge, alors, rassure toi, peut être un signe de jeunesse…

    31 juillet 2014

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s